Accueil > Auteurs > Auteur
 

Elisabeth PEELLAERT

À la une

Logo Inscription Newsletter

La presse en parle

PRESSE

«Lucy Marsden est une conteuse superbe... Son sens débordant du rythme narratif hypnotise le lecteur... Une irrésistible performance.» The New York...

PRESSE

«Lucy Marsden est une conteuse superbe... Son sens débordant du rythme narratif hypnotise le lecteur... Une irrésistible performance.» The New York...

Le Point

« Dee... vin. Jonathan Dee est un écrivain suprêmement intelligent, [...] l'un des meilleurs décrypteurs de l'Amérique contemporaine. Mille Excuses,...

Pages des Libraires

« Acéré, ce roman est une nouvelle réussite d'un des grands écrivains américains contemporains. L'auteur s'ouvre à une narration percutante [et]...

« C'est bien Dee ! Un style au scalpel qui fait mouche. Mille excuses est l'oeuvre, féroce et captivante, d'un moraliste subtil. »

« Plein de belles surprises, ce roman sur le pardon se lit comme un thriller. Épatant. »

Les Inrockuptibles

« En matière de scénario, de twists et de fausses pistes, Dee est expert. »

Le Magazine Littéraire

« Confession, absolution, et bien sûr, cette rédemption si chère aux Américains, pas si facile de construire un roman autour de ces concepts sans...

Femme Actuelle

« Au travers de cette implosion familiale, l'ultra-talentueux Jonathan Dee aborde le thème de l'envahissante repentance américaine. L'écriture est...

Version Femina

« Jonathan Dee décrypte la société américaine avec humour, subtilité et une joyeuse cruauté. »

Glamour

« Entre scandale, carrière et maternité Jonathan Dee continue de radiographier la bourgeoisie US et signe ici un portrait de femme moderne à...

Blogs Mediapart

« Bûcher des vanités, plongée dramatique et sarcastique dans notre ère du storytelling, Mille excuses est de ces romans qui pourraient paraître...

Transfuges

« Un brillant roman sur la communication des puissants et leur singulière faculté à la contrition publique et médiatique, L'auteur des Privilèges...

Chronicart

« Roman à la fois drôle [...] et profond sur ce thème finalement très actuel : le culte de la contrition [...] revers inquisiteur du culte de la...

La Charente Libre

«Mille excuses est un livre très attachant. Jonathan Dee y fait preuve d'un art consommé de l'ellipse. »

« L'ambitieux projet littéraire du primo-romancier tient ses promesses, tant son écriture sophistiquée XLIOX8211; qui n'est pas sans évoquer celle de...

Télérama

« Dans cette oeuvre-fleuve à la confluence du roman d'apprentissage et de la fresque urbaine, le nouveau prodige américain ressuscite un New York...

Transfuge

« New York a trouvé un roman à sa démesure XLIOX8211; fluide et irrésistible. »

Télérama

« Avec sa fresque sur le New York anarchique des années 1970, Garth Risk Hallberg fait une entrée remarquée en littérature. Le Dickens des temps...

Le Point

« Retenez son nom. Avec City on Fire, Garth Risk Hallberg livre un premier roman hallucinant sur le New York Seventies. [...] Une ville brutale,...

« Le nouveau petit génie des lettres américaines fait une entrée fracassante dans le monde de l'édition avec City on fire. [C']est un événement....

Le Figaro Magazine

« Pas à pas, page après page, l'intrigue se resserre, le style se cisèle, l'écriture s'aiguise et New York s'enfonce. Une immense et flamboyante...

ELLE

« Portrait flamboyant du New York punk de 1977. [...] Grâce à des intrigues bluffantes, à un découpage magistral, l'auteur affûte un style...

Le Figaro littéraire

« Un bon livre dont on dévore quasiment d'une traite les trois cents premières pages, soufflé par l'ambition de l'auteur qui est de reconstituer les...

Libération

« Fan de pyrotechnie depuis l'enfance, Hallberg a appris qu'un artificier ménage ses effets, jusqu'à l'apothéose. Garder son lecteur est une question...

Les Inrockuptibles

« Dans son grand shaker de fiction, Garth Risk Hallberg prépare un cocktail explosif [et] mène son affaire d'une main ferme. [...] Voyage dans...

« C'est l'événement éditorial de l'hiver : un pavé hors norme signé Garth Risk Hallberg qui nous plonge au mitan des années 1970. [...] Lorgnant vers...

Madame Figaro

« L'élégance stylistique de Hallberg fait toute la force de ce premier roman. »

« Ce livre qui met le feu à l'édition. »

Ouest France

« Cet immense roman est un puzzle, une partition complexe, un polar avec meurtre dans un parc, un suicide, une fresque familiale, un roman...

L'Express Styles

« Peinture d'un monde en basculement et comédie humaine post-balzacienne. Une imparable science du récit. Et une efficacité incandescente ! »

« De très bonnes nouvelles du front américain XLIOX8211; New York au temps des punks. »

ELLE

« Si vous aimez Donna Tartt, vous allez adorer. »

Onlalu

«City on Fire est un premier roman d'une grande ambition, ou le New York des années 70 sert de décor et de personnage à part entière. Une oeuvre de...

The New York Times

« Un grand roman éblouissant [...]à l'ambition étonnante et à la force stupéfiante. »

Vogue

« Un roman électrisant qui fait revivre le Manhattan brut des années 70. Comme une version punk de La Maison d'âpre-vents de Dickens. »

The Washington Post

« Un roman brillant qui enveloppe une ville entière d'amants et d'ambitieux, de saints et d'assassins. »

Vanity Fair

« Une épopée épique sur la condition humaine à la fois ambitieuse et sublime. »

Elle

« Garth Risk Hallberg a Ă©crit le genre de premier roman qui n'arrive qu'une fois tous les vingt ans, un livre qui ne dĂ©çoit aucun de ses...

Vanity Fair

« Un premier roman explosif. Au fil de l'épopée magistrale d'Hallberg, les distinctions de classe, de race, de géographie et de génération laissent...

Entertainment Weekly

« Il est difficile de croire que ce pavé de 944 pages sur le New York des années 1970 est un premier roman. Le meilleur comme le pire de l'époque...

Kirkus Reviews (starred)

« Une histoire convaincante, aux atouts nombreux. PlĂ©thore de musiciens, d'Ă©crivains, d'influences qui s'entrechoquent de façon surprenante......

Bookforum

« Captivant. Lorsque la nuit tombe sur la ville, on pourrait se croire dans Le songe d'une nuit d'été, version Manhattan. Comme dans l'oeuvre de Saul...

Booklist (starred)

« Totalement captivant. Dans le New York crasseux des années 1970, ce superbe premier roman est plein à craquer d'intrigue, de personnalité, et...

Library Journal (starred)

« Une Ă©popĂ©e bien Ă©crite et très distrayante. À travers le roman, les mots experts de Hallberg nous transportent d'une situation Ă  une autre...

Elle.fr

« Si vous aimez Donna Tartt, vous allez adorer. »

Biba

« Un roman choral. Rock'n'roll, trahison, enquête policière ... un pavé habité sur le New York des 70's. Grâce à une construction vertigineuse qui...

Le Petit blasois

« Vous aimez New York, les 70's et les « romans choral » ce livre est pour vous ! »

«City on Fire est un défi XLIOX8211; un plaisir, aussi. »

« Un pavé haletant »

L'amour des livres

« Un impressionnant roman choral [...]à dévorer sans modération ! »

Brain Pickings

« Une réflexion poétique sur la condition humaine. Drôle et profondément humain. »

The Masters Review

« Généreux et poétique. »

Télérama

« Le Dickens des temps modernes est-il né ? »

Télérama

« L'un des mérites remarquables de Garth Risk Hallberg est de [...] parvenir à une tonalité, un regard, une voix qui lui sont propres. Sans jamais...

Livres Hebdo

« Vie et moeurs des familles d'Amérique du Nord permet de mieux comprendre la virtuosité de Risk Hallberg, et surtout qu'il est autre chose, bien...

Livres Hebdo

« Une vraie élégance »

Les Inrockuptibles

« innovant formellement »

Les Inrockuptibles

« rompre avec la linéarité narrative, jongler avec toutes les pièces de ce puzzle est loin d'être évident et relève de la plus grande maîtrise de la...

Les Inrockuptibles

« Garth Risk Hallberg parvient à rendre la normalité effrayante, l'ordinaire monstrueux, la famille claustrophobique, et toute l'humanité aussi...

Stylist

« un livre-objet séduisant »

Stylist

« un puzzle expérimental »

Le Magazine littéraire

« Cette prise directe avec leurs pensées intimes XLIOX8211; indépendamment de la narration et de la description - révèle tout le talent de l'auteur. »

« Le défi est gagné. »

Libération

« Un premier roman habillé en beau livre, secret comme une boîte à bijoux, par l'auteur du best-seller City on Fire. »

Ouest France

« Un fascinant objet littĂ©raire grinçant et touchant. »

Les Echos

« Une plongée décapante dans l'Amérique d'en bas. »

Livres Hebdo

« Au-delà, il faut saluer chez Jonathan Dee tant la force romanesque que l'humour partout présent qui fait de ce livre implacable un roman et non une...

Librairie Lamartine

« Fulgurante chronique d'une Amérique touchée au coeur par le 11 septembre, Ceux d'ici vient rappeler à quel point il nous faut compter avec Jonathan...

Livres Hebdo

« Parmi les voix nouvelles apparues ces dernières années dans le roman américain, Jonathan Dee est l'une des plus essentielles. »

Kirkus Reviews

«Ceux d'ici est à la fois une allégorie politique et un kaléidoscope des différents traits de caractères humains, un panorama captivant de la vie...

Booklist

« Jonathan Dee livre un roman social non seulement brillant, mais aussi inquiétant de réalisme. Un texte tellement actuel et pertinent qu'on en...

Publishers Weekly

« Passionnant. Les personnages de la middle-class, tous à la poursuite du rêve américain, sont brillamment développés et leurs préoccupations sont...

Boston Globe

« Un nouveau roman magnifique... Dee s'est surpassé avec Ceux d'ici. Cet ouvrage examine la psyché américaine mise à mal entre les deux années...

The Washington Post

« Dans le climat politique américain actuel, Ceux d'ici résonne comme un signal d'alarme. »

The Guardian

« Jonathan Dee s'est surpassé avec ce portrait d'une petite ville de Nouvelle-Angleterre. »

Wall Street Journal

« Un roman qu'on ne lâche pas. Dee révèle les rancoeurs et les désillusions qui semblent définir le moment actuel... Comme dans les romans de...

The Times (UK)

« Malin, perspicace, et souvent drôle. »

Biblioteca Magazine

« Un roman social à la fois brillant et inquiétant de réalisme sur les désillusions de la "middle class" américaine. »

L'Obs

« Jonathan Dee a commencé à écrire son roman bien avant l'élection de Donald Trump, mais on ne peut s'empêcher de voir dans ce Clochemerle revisité...