Accueil > Catalogue > Ouvrage  Retour

Les Privilèges

Jonathan DEE

Portrait d'une famille américaine étourdie de désir, d'argent et de beauté, Les Privilèges, bûcher des vanités du 21e siècle, brosse le tableau remarquablement subtil, et cynique, d'une nouvelle classe sociale, les ultra-riches.

Adam et Cynthia ont tout pour eux. Mariés à la sortie de la fac, ils forment un couple parfait auquel rien ne résiste. Deux magnifiques enfants et une brillante carrière dans la finance plus tard, leur beauté, leur provocante jeunesse et leur insolente réussite sont toujours inaltérées. Le monde autour n'existe pas, ou bien par le frisson du danger qu'il procure, mais leur noyau demeure, irréductible et indestructible, telle une forteresse dorée. Au coeur de cette famille, le roman dépeint son paradoxe: une intimité de papier glacé, des êtres humains prisonniers de la machine à succès qu'ils ont créée, et les effets décadents de leurs irrésistibles appétits. Portrait d'une famille américaine étourdie de désir, d'argent et de beauté, Les Privilèges, bûcher des vanités du 21e siècle, brosse le tableau remarquablement subtil et cynique d'une nouvelle classe sociale, les ultra-riches, et pose sur l'Amérique post-11 Septembre un regard qui interroge, observe et fait saillir l'absurde, le vice ou la déshérence de personnages en fuite.

« Virtuose dans sa langue, intellectuellement subtil, complexe et vif, Les Privilèges est aussi un roman très drôle qui procure un immense plaisir de lecture. »
Richard Ford

« Un délice à chaque page, une merveille de maîtrise, entre empathie et distance critique. »
Jonathan Franzen

« Les grands esprits littéraires s'attaquent rarement à des sujets comme l'argent et la classe, et c'est une des raisons pour lesquelles le roman de Jonathan Dee est si important et fascinant. C'est aussi une méditation émouvante sur la famille et l'amour absolu. À lui seul le tour de force du premier chapitre vaut le détour. »
Jay McInerney

Prix de la découverte Etranger 2011 par la rédaction du magazine Lire.

17 Mars 2011
ISBN 9782259213806
312 pages

21,50 €


Ses ouvrages

Biographie

Jonathan DEE

Jonathan Dee écrit pour le New York Times Magazine, la revue Harper's et la Paris Review. Il enseigne à l'université de Columbia. Les Privilèges, son premier roman publié en France en 2011, a reçu le prix Fitzgerald. Il a également été désigné comme la découverte étrangère de l'année par le magazine Lire et l'un des vingt-cinq meilleurs livres de l'année par Le Point. Avec La Fabrique des illusions, Jonathan Dee continue de dévoiler la palette de ses talents. À rebours de la vogue des romans d'anticipation, il revient sur les pas du monde d'images qui a accouché des désillusions d'aujourd'hui. Cette Amérique-là est la sienne, cette culture est son patrimoine, celle qui baigne toute une génération d'auteurs, de Jeffrey Eugenides à Don DeLillo et Richard Russo.

La presse en parle

Mediapart

Le mot même de privilèges, appelé par le titre, revient de loin en loin dans le roman qui explore cette «zone de privilège», jusqu'à son ironique mise en abyme comme nom du groupe de rock dans lequel Jonas adolescent joue. Et le récit, si objectif en apparence, se fait cinglant, mimétique de l'insensibilité du couple, de sa métaphysique du paraître. Le romancier, privilège du talent, est le seul maître du jeu.

L'Express

Avec ce quatrième roman brillant (mais le premier traduit en France), l'Américain Jonathan Dee saisit quelque chose de particulièrement juste de notre époque, sans pour autant jamais tomber dans la chronique sociale manichéenne. Sur un terrain déjà balisé par Tom Wolfe ou Jay McInerney, l'auteur trouve un ton personnel à travers les quatre parties composant Les privilèges (dont la fameuse scène du mariage, assurément l'un des morceaux de bravoure de l'année). Au final, Dee brosse le portrait doux-amer d'une classe déconnectée de certaines réalités, bien plus universel qu'il n'en a l'air. Et c'est bien là toute sa subtilité.

Les Inrocks

A travers le brillant portrait d'une riche famille new-yorkaise, Jonathan Dee radiographie une nouvelle élite sociale née de la spéculation financière. Du Edith Wharton à l'ère

Télérama

Maniant son histoire avec maestria, Jonathan Dee compose une photographie romanesque implacable et subtile de cet univers ou l'argent n'est pas toujours une promesse de bonheur.

Le Point

Avec Jonathan Dee, Francis Scott Fitzgerald s'est déniché un disciple, et Jay McInerney un petit frère. L'écrivain dépeint l'irrésistible ascension d'un homme et d'une femme qui ont fait de leur couple une multinationale. Là ou un mauvais romancier aurait condamné ces ultrariches, Dee nous plonge dans ce "monde niché à l'intérieur du monde" avec une empathie qui réactualise avec une élégance mélancolique le fameux mot de Gertrude Stein : "J'ai été riche, j'ai été pauvre. Il vaut mieux être riche."

Le Monde

Les Privilèges est un vrai roman américain. Un grand roman écrit par quelqu'un qui observe sans jamais juger. Quelqu'un qui sait qu'il n'y a pas de morale, tout simplement parce que les romans ne sont pas des fables.